Comme deux gouttes d'eau

Publié le par Lala Her

De Tana French, traduit de l'anglais par François Thibaux.

Comme deux gouttes d'eau

Présentation:

Lorsque l'inspecteur Cassie Maddox est appelée sur les lieux d'un meurtre, elle perçoit dans la voix de ses collègues une tension inhabituelle. Et pour cause : la victime lui ressemble trait pour trait. Afin de démasquer l'assassin, les policiers de Dublin imaginent le plus dangereux des stratagèmes : prétendre que la victime a survécu a ses blessures et obliger Cassie à se faire passer pour elle. La voici qui intègre le vieux manoir qu'Alexandra partageait avec quatre amis. Dans ce huis clos où le moindre faux pas lui serait fatal, enfermée dans la peau d'une autre, l'inspecteur Cassie Maddox va servir d'appât...

 

Pourquoi?

Privée d'achats Fantasy jusqu'à réception de mon colis swapesque, je me suis rabattue sur les policiers lors de mon dernier passage en librairie.

J'ai choisi celui-là un peu sur un coup de tête, parce que je le trouvais joli. J'avais lu en diagonale la quatrième de couverture, et puis hop sur ma pile.

 

Mon avis:

Ceux qui me suivent depuis quelques temps on du le remarquer : je me méfie des quatrièmes de couverture. Une fois de plus j'ai "rogné" celle-ci qui en disait un peu trop.

J'ai terminé ce roman il y a deux jours, et j'ai mis du temps à me remettre les idées en place pour donner mon avis ici. Parce qu'il s'en dégage une certaine mélancolie qu'il m'a fallu évacuer pour mieux cerner l'ensemble.

Ce bouquin s'ouvre sur un prologue que j'ai trouvé inutile. Même en revenant dessus après ma lecture, je le trouve toujours inutile. Alors je fais comme s'il n'existait pas. Certes, les tous derniers paragraphes y font référence, pour boucler la boucle sûrement, mais selon moi c'est "too much", comme on dit.

En revanche les deux premiers paragraphes du premier chapitre sont vraiment intéressants. On sent qu'il s'est passé quelque chose de spécial dans cette enquête, qu'elle n'a pas laissé l'inspectrice indemne. Et j'ai eu grand plaisir à revenir dessus après avoir terminé le roman, une fois les faits et les personnages connus.

Puis on revient en arrière, on découvre qui est Lexie Madison, on zappe ce qui se passe entre-temps, puis on en arrive à l'affaire elle-même, celle que l'on va suivre.

L'auteur s'est très bien débrouillée : grâce à son écriture je gagnais en intérêt au fur et à mesure que les éléments de mettaient en place, et une fois que Cassie (l'inspectrice) était infiltrée parmi les proches de la victime j'étais complètement happée dans l'histoire, je ne pouvais plus lâcher ce bouquin.

L'intrigue en elle-même n'est pas véritablement originale. J'admets que je redoutais certaines facilités, certaines pistes déjà vues 10 fois ailleurs, mais non. Dès le départ ces facilités que je craignais sont écartées, je n'avais plus qu'à voir ce qui allait se passer.

Mais d'une certaine manière, l'intrigue je m'en fichais. Je sais bien que j'ai dit il n'y a pas si longtemps (dans un billet précédent) que je préférais une intrigue forte à une bonne ambiance. Et bien comme de fait exprès, pour me faire mentir ou pour me détromper, ici c'est le contraire. L'ambiance dans laquelle est infiltrée le personnage principal est primordiale ici. J'ai été complètement séduite par ce qui se dégageait du lieu et des personnages. 

Je ne dis pas que l'intrigue n'est que peu présente ou pas intéressante. Seulement, pour une fois, j'aurais presque préféré que l'auteur la laisse de côté pour étirer un peu son roman, histoire que je puisse rester plus longtemps avec les personnages, dans leurs maison chérie.

Pourtant ce livre n'est pas des plus courts : 630 pages. Mais je ne me suis jamais ennuyée. Pas de longueurs inutiles.

Quand le final approche tout s'accélère et cette fameuse ambiance se craquelle. J'étais angoissée, non parce que je craignais pour l'héroïne, mais parce que je voulais que tout demeure intact, que plus rien ne se brise. Que cette ambiance reste figée, un peu comme sur une photographie.

Et ce final arrive, inévitablement. Je savais que ça ne pouvait pas durer et je le redoutais. J'espérais malgré tout.

Tout se disloque et j'étais toute bouleversifiée.

Pour ceux qui auraient déjà lu ce livre : la réaction de Rafe à la toute fin, j'avais envie de le secouer de toutes mes forces pour lui remettre les idées en place.

Le sentiment qui m'en reste est un réalisme déconcertant. Plusieurs fois je me suis fait la réflexion que ce genre de chose avait déjà du arriver quelque part. Pas forcément l'infiltration, mais le reste. Après coup j'en doute un peu, mais ce sentiment de réalisme est resté.

Le deuxième point négatif que j'ai soulevé est assez personnel : je suis le genre de lectrice qui apprécie les chapitres courts. Ici les chapitres font tous 40/50 pages. Ça ne m'a pas énormément dérangée, mais tout de même, j'aurais préféré que ce soit un peu plus "découpé".

 

En bref, un très bon roman qui ne transcende pas le genre mais que je conseillerais au plus grand nombre, même à ceux qui ne lisent pas souvent de policiers. Je ne m'y attendais pas du tout, mais il rejoint avec plaisir mes coups de coeur et ma pile "à relire".

Publié dans Thriller-Policier

Commenter cet article

Virginie Normand 19/09/2010 11:14


Ca me tente bien. La couv en tout cas bien qu'elle soit étrange, elle me file la frousse.
Je sais pas, il se dégage un truc de glauque et en même temps de super triste.

Oui, je suis une flippette mdr!!


Lala Her 20/09/2010 13:41



 


En fait t'as plus ou moins raison sur ce qui se dégage de ce livre : un léger côté glauque et une bonne dose de tristesse, ou de mélancolie.


Mais ce n'est pas un bouquin-qui-fait-peur par contre. Il y a du suspense oui, par moment ça fait froid dans le dos, mais pas peur.