La guerre des fées – Tome 1

Publié le par Lala Her

De Herbie Brennan, traduit de l'anglais par Bertrand Ferrier.

 La guerre des fées

Présentation:

La vie de Henry Atherton bascule le jour où il capture... un papillon ! Ce papillon très spécial n'est autre que Pyrgus, une fée. Et Pyrgus doit a tout prix rentrer chez lui car des éléments lui permettent de penser l'empire des fée est menacé.

 

Pourquoi?

Encore un de ces bouquins qui me toisaient depuis quelques temps. Alors quand j'ai eu envie d'un roman jeunesse je me suis laissée tenter.

 

Mon avis:

Et encore une des ces présentations de quatrième de couverture qui en dit trop! Un véritable résumé du bouquin complet! Naméo!

Ce n'est pas une simple lubie de ma part de me méfier des quatrièmes de couvertures, vous savez. Seulement la loi de Murphy a encore frappé : quand la présentation est intéressante et utile (du style : hé ho il s'agit d'un tome 4, tu n'as même pas lu le tome 1 ma fille, ce serait bien de commencer par le début!) je m'en méfie comme de la guigne, mais dès que j'abaisse mes défences habituelles (on ne sait jamais, j'éxagère peut-être, et puis je me suis fais avoir 6 fois le mois dernier avec ces histoires de tomes...) il s'agit d'une de ces présentations-résumés que j'exècre. Les quatrièmes de couvertures sont traitres et maquiaveliques, je vous le dis!

Du coup j'ai réarrangé à ma sauce la présentation ci-dessus. Ce n'est pas un chef d'oeuvre mais au moins ça a le mérite de laisser un minimum de mystères sur l'intrigue du roman.

Dans ce roman nous suivons deux personnages principaux : Henry, humain, et Pyrgus, fée. Ces deux là sont sympathiques et bien construits. Henry a des soucis dans sa famille et se pose plein de questions. Pyrgus est intrépide et insouciant (quand même, se mettre dans des situations pareilles pour des chats! Je veux dire, j'aime les chats moi aussi, mais lui il exagère, à se demander ce qu'il a dans la tête!). Ce Pyrgus, c'est un peu le bon copain qu'on aimerait tous avoir, pour plaisanter ou pour faire des bêtises. Tandis que Henry est plus réaliste, c'est un garçon similaire à ceux qu'on croise tous les jours.

Parfois aussi la narration accorde une importance particulière à un des méchants de l'histoire. Ainsi l'intrigue avance et, en tant que lecteur, on se demande de plus en plus s'il n'y a pas anguille sous roche.

Les personnages secondaires sont à l'instar des principaux, ceux de notre monde très réalistes, ceux du monde des fées plus fantasques, plus tranchés.

(Rolala je suis épuisée je m'endors en pianotant sur mon clavier... Tout plein de fautes de frappe... Je vais devoir corriger dix fois!)

Revenons à notre choucroute (?!)

L'intrigue est sympa, ça ne se lit pas comme un premier tome qui s'étend sur des pages décrivant le monde, les personnages, les éléments qui se mettent en place etc. Plus comme un roman simple. D'ailleurs à la fin l'histoire est bouclée, on sait qu'il y a une suite, mais si on a envie de s'arreter là pas de souci.

Quelques éléments surprenant dans l'intrigue, en particulier sur la fin, je ne pensais pas que ça irait si loin (on est dans un roman jeunesse malgré tout).

Le roman est découpé en 6 parties. Celles-ci ne sont pas spécialement intéressantes, si ce n'est les deux premières : on commence à suivre Henry, jusqu'à la capture du "papillon", puis en commençant la deuxième l'histoire reprend plus tôt (on le comprend au début de la troisième partie) et dans un autre monde. C'est un peu déroutant, mais toutefois utile à la compréhension du Shmilblick dans lequel se sont fourrés nos deux garçons.

Heureusement nous avons un cerveau en bon état de marche (sik) qui fait les connexions plus tard dans la lecture (re-sik).

 

Habituellement je fais attention à ne pas spoiler dans mes avis sur les livres, mais ici je vais faire une exception. Alors si ne tenez pas à être au courant de quoi que ce soit, je vous conseille de sauter les quelques lignes qui vont suivre et de me retrouver à mon "en bref" final.

 J'ai eu une grosse surprise au début de ma lecture. Plus haut je parlais des problèmes familiaux de Henry. Sa mère couche avec une femme. C'est assez perturbant pour lui, ça se comprend.

Mais ce qui m'intéresse ici, c'est la façon dont c'est traité. Déjà il est rare (vraiment rare, croyez moi) de voir l'homosexualité traité dans les romans "normaux" . Par "normaux" j'entends les romans qui ne sont pas dédiés au sujet ou classés lesbiens ou gays. Alors dans un roman jeunesse, c'est presque impensable. D'où ma grande surprise quand j'ai compris que ce n'était pas une farce, que l'auteur avait réellement l'intention d'en parler.

Le sujet n'est pas abandonné en cours de route, il est pris au sérieux. Henry est bouleversé par la nouvelle et se pose beaucoup de questions ("comment ma mère peut être lesbienne alors qu'elle a déjà deux enfants?"). Je n'ai pas senti d'homophobie, seulement les interrogations et l'inquiétude du garçon sur la séparation de ses parents et sur cette nouvelle donne.

De la part de l'auteur, j'ai ressenti le message un peu comme "Oui, ce sont des choses qui arrivent. Parfois ce n'est pas le père qui couche avec la jeune et jolie secrétaire, mais la mère. C'est comme ça."

Pas de grande morale sur l'égalité et l'acceptation, seulement le "c'est comme ça, picétou".

Et surtout, surtout, surtout : à la fin du roman la mère d'Henry ne se dit pas qu'elle a fait une bêtise, que ce n'était qu'une passade ou je ne sais quoi. Non, elle ne retourne pas avec le père. Le père quitte le foyer. Et on laisse entendre que l'amante n'a pas disparu, qu'elle viendra à la maison régulièrement. Et ça, c'est encore plus rare que la simple évocation de lesbiennes (ou homos en général) dans un roman "normal". Habituellement l'ex-hétéro redevient hétéro en fin de compte, parce que quand même c'est bien mieux d'être hétéro, être gay c'était juste comme ça, en fait elle ne l'a pas été, ou pas vraiment... Ou tout ce que vous voulez qui permet de tirer des conclusions du genre hétéro=bien, homo=pas bien.

Alors c'est un gros + pour ce bouquin rien que pour ça, parce que même si ça n'a rien à voir avec l'intrigue principale, pour moi ça compte tout autant. J'espère très fort que dans la suite de la saga cette mini-intrigue se poursuivra et qu'elle sera aussi bien traitée.

 

 

En bref, un roman vraiment sympa, je lirais la suite avec plaisir.

Publié dans Jeunesse

Commenter cet article