Les Chroniques des Feals

Publié le par Lala Her

De Mathieu Gaborit.

Les chroniques des Feals

 

Présentation :

Il est un endroit légendaire, au coeur de l'Empire de Grif', dont on ne parle qu'à voix basse : la Tour Ecarlate.

Ce donjon de pierre rouge, entouré de mystère et de crainte, est la demeure des phéniciers. Depuis la nuit des temps, ces mages préservent un secret qui pourrait être vital dans la guerre qui s'annonce : la maîtrises des fabuleux oiseaux de feu!

Januel, le plus doué de leurs disciples, a été choisi pour faire renaître le phoenix de l'empereur. Ce prodige doit sceller l'alliance des royaumess contre l'ennemi surgi du domainde des morts : la Charogne. Mais la cérémonie tourne au drame et confronte le jeune hommme à un destin inouï...

 

Pourquoi?

Habituellement je ne fais que jeter un coup d'oeil aux grands formats pour leur préférer les poches, qui coûtent moins chers. Mais celui-ci m'a attiré avec le dessin sur sa couverture et son titre mystérieux. Les Feals? Quoi que c'est??? Je lis la présentation en diagonale et là je tombe sur le prix : 10€. Ohohohoh! Un intégrale en grand format pour 10€? On ne voit pas ça tous les jours, je n'ai pas hésité longtemps.

 

Mon avis :

Pour la petite explication, Bragelonne fête ses 10 ans et pour l'occasion réédite 10 de ses succés de ses débuts pour 10€. Je le sais parce que la toute première page est consacrée à cette explication. Je compte bien me procurer les 9 autres titres, mais il me faut attendre la fin du swap Bit-Lit/Fantasy, snifff.

Depuis hier soir que je l'ai fini je réfléchi à comment je vais bien pouvoir vous donner mon avis au plus proche de ce que j'ai ressenti sans vous spoiler. Et ça va pas être de la tarte, je vous le dis. Parce que c'est une intégrale et qu'il y a de sacré différences entre les trois tomes de cette trilogie. Alors j'en suis désolée, je vais essayer de faire au mieux, mais il est sûr que quelques informations vont transparaître.

 

Coeur de Phoenix – Waaaaah! Je l'ai adoré ce premier tome!

Ici nous faisons connaissance avec Januel, le héros de cette histoire. Un garçon humble, calme, pas toujours très doué, mais on devine qu'il a quelque chose de spécial. C'est un personnage réaliste et rafraichissant dans l'univers de la fantasy où la majeure partie des personnages principaux sont tous absoluments extraordinaires, très séduisants, bourrés de talents, rien ne leur échappe, ils ne perdent presque jamais, etc, etc.

Les autres personnages sont plus conventionnels, mais attachants tout de même car bien construits. Leur personnalité se tient de bout en bout.

L'univers est très bien décrit, à l'aide de phrases courtes, de petis paragraphes semés par-ci par-là. Parfois je ne me rendais compte que je venais de lire une descritpion qu'en revenant dessus un peu plus tard : "Mais comment je sais que cette table est en bois et ce verre en cristal? Ah, oui, c'était là!" (Oui, je discute avec moi-même et avec le livre quand je lis)

Ce talent particulier qu'a l'auteur est exacerbé par les descriptions des combats. Le nombre de combats que j'ai lu par ailleurs où je ne comprenais absolument rien, que je lisais vite fait pour arriver à la conclusion et voir qui avait gagné! La faute à des descriptions mal fichues. Mais ici ils sont extrèmement bien décrits, je ne me suis jamais embrouillée dans qui a tapé qui, je les visualisais parfaitement.

Le reste du style de l'auteur est plutôt sobre, simple, pas de fioritures. Si ce n'est quand le narrateur s'insinue dans les pensées et les sentiments d'un personnage, il trouve toujours le moyen de formuler une question. Parfois ça m'agaçait un peu, mais j'admet que ça permet de bien cerner où en est le personnage intérieurement.

L'intrigue est prenante : j'ai lu ce premier tome en l'espace de 24 h (je l'ai commencé une après-midi pour le finir le lendemain matin). Même ma grand-mère m'a fait la réfléxion "Mais tu ne le lâches plus!"

Il faut dire que les péripéties sont surprenantes, je ne savais jamais ce qui allait advenir à la suite. Et puis les chapitres sont courts, ce qui facilite grandement la lecture. (Et le fameux "juste un chapitre de plus" auquel je ne me tiens jamais)

Quant au final, il est explosif! Toute retournée que j'étais.

Mais toute enthousiaste que j'étais par la lecture de ce premier tome, j'ai tout de même remarqué quelques points négatifs.

Certaines des descriptions sont très mal placées. A quoi ça me sert d'apprendre en plein combat que cette tapisserie est rouge brodée d'or, tissée par untel en mémoire de untel qui l'a offert à untel qui l'a transformée en scultpure de bois pour finalement la faire revenir à son état d'origine? Bon d'accord, j'exagère, mais c'est pour que vous compreniez l'idée.

Sinon l'auteur semble avoir eu du mal avec les dialogues. Il y en a au moins 2 qui sont très mal fichus, j'ai du prendre des notes à côté au crayon à papier tellement je m'embrouillais à chaque fois que je reprenais au début. Il doit y en avoir 2 autres un peu branlants aussi, mais en relisant une fois ou deux j'arrivais à m'en sortir sans avoir besoin de dégainer mon crayon de papier.

 

Le Fiel – Que je vous prévienne tout de suite : selon moi ce deuxième tome c'est du grand n'importe quoi! Je ne sais pas ce qui est passé par la tête de l'auteur pendant qu'il l'écrivait, mais ça ne devait pas être du joli.

Les péripéties ne sont pas crédibles non plus. Certaines sont même risibles!

Januel, le personnage principal que j'appréciais tant, notamment parce qu'il était humble et faillible, mais qu'est-ce qu'il devient! Il doit s'écouler maximum une heure de temps entre les deux tomes. Cette heure aura suffit à transformer Januel en un être orgueilleux, sûr de lui, charismatique, orateur hors pairs et personne ne conteste son autorité quand il se déclare chef de guilde ou autre (j'avais envie de leur dire "Il a 17 ans, réveillez-vous! Hier encore il se conduisait comme un gamin!"). Parfois il me semblait que même le narrateur était en admiration devant lui!

Les personnages secondaire, ce n'est pas mieux. L'évolution de ceux qui étaient déjà connus du premier tome est très mal faite : ils passent de A à D sans même évoquer B ou C (oui je connais mon alphabet jusqu'à la lettre D ) Le seul qui reste fidèle à lui même est Tshan, encore qu'il ne fasse quasiment plus que de la figuration dans la seconde moitié du tome.

Petit spoil, parce que quand même là c'est beaucoup trop gros : Ce qu'il se passe entre Januel et Scende sur la terrasse... Si c'est pas risible ça! Personnellement j'étais outrée, non pas par les faits, mais par le pourquoi et le comment. Du grand n'importe quoi!

En revanche j'ai adoré les nouveaux personnages. Notamment les grands méchants de cette trilogie : vicieux, intelligents, malins (dans les deux sens). Les autres (comprenez les non-méchants) sont très intéressants aussi, on aimerait s'attacher plus à eux, mais ils apparaissent dans un ou deux chapitres et pouf! ils disparaissent. Oubliés!

La narration et la gestion du temps évoluent aussi dans ce second tome : on passe d'un personnage à un autre (peu importe son camp) pour voir ce qu'il se passe à plusieurs endroits. De fait, le temps passe beaucoup plus lentement que dans le second tome. Mais ça ne m'a pas gênée. J'étais surprise au début par ce changement, mais je m'y suis faite très rapidement. Par contre j'ai eu quelques moments où j'avais vraiment l'impression de ne plus avancer dans l'histoire.

Déjà que je m'énervais contre la moitié des personnages, le temps s'écoulait tout doucement, lentement, une tortue.

Quant aux dialogues, d'une part ça c'est amélioré, d'autre part il y en a un ou deux qui mériteraient d'être revus. Je pense notamment à celui de la rencontre entre Januel et la délégation impériale : alors que c'est un moment important, l'auteur nous fourni les descriptions des personnages en plein milieu. J'avais envie de lui dire "Mais je m'en fiche!", mais je crois qu'il ne m'aurait pas entendue...

Je dirais quand même pour sa défense que le nouveau décor et la nouvelle ambiance sont vraiment sympa, que le suspense est toujours aussi bien mené et que le final est encore plus explosif que celui du tome précédent.

 

Le Roi des Cendres – Après le tome précedent qui m'avait tant déçue, je ne savais pas sur quel pied danser en ouvrant celui-ci. J'avais fait ouf! en terminant le deuxième, un ouf! de soulagement, c'était enfin fini. J'espérais donc (en croisant les doigts très très fort, et c'est difficile pour tourner les pages) que je retrouverais le Januel du premier tome.

Malheureusement pour moi, le Januel 2.0 était toujours là.

Mais comme je suis une fille chanceuse, il disparaît rapidement. (Oui c'est juste pour moi qu'il disparait, si d'autres lisent cette trilogie il ne disparaitra pas )

Déja dans le second tome il était bien moins présent que dans le premier. Et bien là, c'est l'Absent (oui, oui, avec un grand A). On ne parle que de lui, alors qu'il ne fait plus que de la figuration. Et c'est très bien comme ça.

L'évolution des autres personnages est bien mieux faite dans ce tome là. C'est crédible, parfois touchant, parfois exaspérant ou déprimant, mais ça se tient, ça colle au personnage concerné, ça fait avancer l'histoire.

Comme nous n'avons plus de personnage principal, tous les autres personnages prennent le relais. Ou plutôt le narrateur s'attache à telle ou telle situation, sans privilégier aucun personnage. Ce sont vraiment les différentes situations qui comptent désormais.

L'intrigue elle-même a évolué. Une transition en douceur, on parle toujours de la même chose, mais ce n'est plus centré sur le destin de Januel, c'est centré sur le destin du M'Onde lui-même.

Par moments j'ai eu froid dans le dos, ce dernier tome est vraiment prenant, et quand on voit ce qui arrive on ne peut pas rester indifférent.

Les nouvelles péripéties sont de nouveau surprenantes et originales, encore que certaines étaient un peu tirées par les cheveux, mais après la lecture du deuxième tome (j'ai enchainé les trois) j'étais indulgente.

Quant au final, il est de nouveau explosif. J'ai versé ma petite larme à la fin de l'avant dernier chapitre : "Aucune braise ..."

Par contre le tout dernier chapitre je ne l'ai pas aimé du tout. Je l'ai trouvé fade. Je reconnais qu'il était nécessaire, mais cette conclusion, de la façon dont elle est amenée, je ne vois pas à quoi elle rime. J'ai eu l'impression de retrouver une petite dose du grand n'importe quoi du deuxième tome dans cette conclusion. C'est dommage, j'aurais aimé que ça s'achève mieux que ça. Parce que je l'ai vraiment apprécié ce dernier tome. Alors, juste pour moi, la conclusion sera celle de l'avant-dernier chapitre : "Aucune braise ..."

(Je sais que je suis un tantinet émotive, mais rien que de me rappeler cette phrase deux fois de suite, j'ai les larmes au yeux)

 

En bref, j'ai adoré le premier et le dernier tome qui auraient mérité de figurer parmis mes coups de coeur, seulement le deuxième tome m'a tellement déçue que l'ensemble a de beaucoup baissé dans mon estime.

 

 

Notes : D'une certaine manière le premier tome m'a rappelé Eragon (premier tome du Cycle de l'Héritage) et je pense que ça a contribué à mon plaisir de le lire. J'ai cru que j'avais enfin trouvé un cycle qui m'auraient autant plu en me rappelant celui de l'Héritage tout en s'en différenciant. Je ne sais même plus si ce que j'écris est correct, ça va faire plus de 2 heures que je suis sur cet avis, j'en ai ras le bol. A la fin de cette intégrale se trouvent deux textes inédits de l'auteur concernant l'univers qu'il a créé, qui étaient à l'origine seulement sur le site de l'éditeur. L'auteur prête une attention toute particulière aux seins de ses personnages féminins (pas très nombreux d'ailleurs). Je n'ai pas compté le nombre de fois où il les évoque durant ces trois tomes, mais j'ai remarqué que ça revenait très souvent. Ne me demandez pas pourquoi j'ai remarqué ça plutôt qu'autre chose 

Publié dans Fantasy

Commenter cet article