Tête brûlée

Publié le par Lala Her

De Gerri Hill, traduit de l'anglais par Nathalie Fradin.

Tête brûlée

Présentation:

Détective dans la police de Dallas, Tori Hunter n’en a toujours fait qu’à sa tête, obéissant à son instinct et à ses propres règles.
Cependant, sept ans à la Criminelle et à peu près autant d’équipiers différents ne l’avaient pas préparée à se retrouver avec pour partenaire Samantha Kennedy, une femme au caractère bien trempé.
Une enquête sur une série de meurtres frappant des femmes liées à un foyer d’accueil pour jeunes lesbiennes et les péripéties parfois dramatiques de leur quotidien de policières vont les conduire à se découvrir…
Au point que maintenant leurs rapports sur le plan strictement professionnel ne sera pas le moindre de leurs défis.

Avec Tête Brûlée, Gerri Hill lance sa trilogie policière à succès autour de l’imprévisible détective Tori Hunter. Un début fracassant.

Finaliste du prix du meilleur roman policier 2005 de la Golden Crown Literary Society.

 

Pourquoi?

A vrai dire, je ne m'en souviens plus très bien. Je crois que c'est de bonnes critiques qui m'ont convaincue de le commander.

 

Mon avis:

J'ai adoré. Voilà. Un peu plus d'explications? Bon d'accord.

L'aspect du livre déjà. Il est beau. Le papier est bien blanc, le texte n'est ni trop petit, ni trop grand, les marges ne font pas trois mètres. Et il sent bon. Oui, je suis de ces lecteurs un peu bizarres qui jugent un livre aussi par leur odorat. Et celui-ci sent vraiment bon. On dirait presque qu'il a été parfumé. Et puis, même après plusieurs lectures, il semble toujours neuf. Un petit miracle.

Le récit est vraiment prenant, avec des touches d'humours qui allègent l'ambiance parfois lourde, due aux péripéties surprenantes qui arrivent aux deux héroïnes. Le genre de livre qu'on ne lâche pas avant la dernière page.

Les personnages sont bien construits, ils ressentent des choses, ont une personnalité cohérente avec leur histoire personnelle, et (surtout) ils évoluent au fil des évènements. Un deuxième petit miracle. On sent que l'auteur(e) s'est attachée à les construire comme des personnes réelles. Ils ne sont pas invulnérables, ils ont des failles, et des choses vraiment pas jolies peuvent arriver quand on ne s'y attend pas.

Le style est bon aussi. Beaucoup de dialogues, mais ça ne nuit pas pour autant à l'intrigue.

Et puis on y croit. La gnangnantise n'est que peu présente, et quand elle l'est elle a une raison de l'être.

Concernant l'aspect lesbien du livre, on ne peut pas le nier. Il y a des personnages lesbiens et l'intrigue elle-même concerne de jeunes lesbiennes. Mais je ne vois pas pourquoi des hétéros se priveraient de lire un bon livre sous prétexte qu'il est classé "homo". Je lis bien des livres hétéros (pour info: sont considérés livres "hétéros" tous les livres non estampillés "homos" tout simplement, ce qui en fait la majeure partie de la littérature sur le marché ), et pour mon plus grand plaisir d'ailleurs! 

Il s'agit du premier tome d'une trilogie, mais l'intrigue ne concerne que ce tome là, en ce sens qu'il peut se lire en tant que roman simple. Même si j'avoue qu'une fois le livre refermé et la quatrième de couverture relue (je relis toujours la quatrième de couverture après avoir terminé un bouquin, je ne sais pas vraiment pourquoi... J'ai des habitudes de lecture peut-être un peu bizarres, non?), bref, une fois la quatrième de couverture relue, je n'avais qu'une envie: avoir la suite entre les mains, et tout de suite!

 

En bref: un énorme coup de coeur. J'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore!

 

 

Note : Si vous cherchez des informations sur la suite de la trilogie, c'est ICI ou ICI.

Publié dans Thriller-Policier

Commenter cet article