1984

Publié le par Lala Her

De George Orwell, traduit de l'anglais par Amélie Audiberti.

1984

Présentation:

" De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. Il y en avait un sur le mur d'en face. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston... Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C'était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n'avaient pas d'importance. Seule comptait la Police de la Pensée. "

 

Pourquoi?

Ce roman est une référence, il fait partie de ces livres qu'il "faut" lire pour s'en faire un avis par soi-même, pour être inclus dans "le club de ceux qui ont lu untel ou untel". 

Si, si, ce club existe vraiment : quand vous dites que vous êtes un gros lecteur et que votre interlocuteur vous demande "et untel tu l'as lu?" jusqu'à trouver LE livre que vous n'avez pas encore lu mais lui si, semble-t-il exprès pour vous regarder de haut avec un air de dégoût, parce que vous n'êtes rien si vous n'avez pas lu CE livre... Voilà le club.

 

Désolée, je suis partie dans mon délire ! 

Je voulais lire ce livre tout simplement parce que je n'aime pas les avis préconcus, j'aime me faire mon avis par moi-même. J'aime lire et ce livre étant une référence pour beaucoup, je voulais le lire.

Seul souci, j'ai mis plusieurs mois à le trouver. Jusqu'à ce que je réussisse à m'adresser à une vendeuse (parce qu'à la Fnac, vous pouvez dire, mais ce ne sont pas des libraires, ce sont des vendeurs) (et en plus celle-là avait oublié son amabilité chez elle). Je ne cherchais pas dans le bon rayon! 

Nan mais aussi, vous iriez cherchez ce roman chez les "contemporains anglophones" vous?

 

Mon avis:

C'est spécial comme roman. Par moments j'avais plus la sensation de lire un traité sur la société décrite qu'un véritable roman.

Le texte est divisé en trois parties.

La première décrit principalement le monde qui entoure Winston, le personnage principal. Il ne se passe pas grand chose.

Dans la deuxième arrive l'élément perturbateur, Julia. Il ne se passe pas grand chose non plus, mais les éléments se mettent en place. On est toujours dans la description du monde en 1984.

C'est dans la troisième partie que le récit est enfin prépondérant. C'est aussi la partie la plus courte des trois.

En fait, l'auteur aurait voulu s'en tenir uniquement au récit et à l'intrigue que la taille du roman aurait été diminuée de moitié. Mais ce n'est pas le cas. On sent tout au long de la lecture que l'auteur a voulu que l'ensemble soit tel qu'il est, non pas seulement une intrigue intéressante mais une réflexion autour d'une forme de société.

Ce monde là, cette société là, est effrayante dans ses similitudes avec la notre et dans la possibilité que nous pourrions facilement dévier vers elle.

Il faut savoir que la première publication date de 1950. L'an 1984 était alors le futur. Mais l'imagination de l'auteur a si bien fait qu'on croirait qu'il a eu une vision de notre monde et s'en est inspiré pour son roman! 

Pas une seule fois je n'ai senti que le texte était dépassé ou vieux. Au contraire, je changeais parfois les dates dans ma tête pour mieux m'impliquer : 1984 devenait 2084. Outre les dates, rien n'est vieux.

L'univers est donc dominant ici, mais l'intrigue n'en est pas moins sympathique. Le final est saisissant. Une fin fermée.

J'ai aussi remarqué l'appendice en fin d'ouvrage. Il fait partie du texte. Et il est écrit au passé. Chacun pourra en tirer ses conclusions sur l'avenir de cet univers. Une fin ouverte.

Deux fins donc, l'une concernant le personnage principal, l'autre la société de 1984.

Ce personnage principal, Winston, est un peu notre alter-ego dans cet autre monde. Il réagit et surtout réfléchit comme nous le ferions, nous petits êtres d'une société qui n'a pas encore évolué vers 1984. En cela, la fin le concernant nous concerne particulièrement nous aussi.

 

En bref : je suis contente de l'avoir enfin lu, mais ce n'est pas de ces livres que j'aurais plaisir à relire de nombreuses fois.

Publié dans Science Fiction

Commenter cet article

totorosreviews 20/09/2015 03:01

je comprends qu'il faille le lire car l'univers dépeint par l'auteur est vraiment bien travaillé mais en dehors de ça je n'ai pas été particulièrement emballée.. je trouve qu'il manque quelque chose

Luna 12/10/2011 21:52



Je que j'aime dans 1984 c'est qu'à chaque fois que je le lis, je sors de cette lecture totalement bouleversée : il est tellement crédible... j'ai l'impression qu'à chaque relecture, je découvre
une nouvelle facette à l'histoire.
Je trouve ce livre d'une force incroyable !

Après on aime ou on aime pas, mais je pense que la plupart des lecteurs (qui aiment ou non) seront d'accord pour dire que c'est un livre à lire :)



Jana 12/09/2010 14:26


J'ai lu ce roman pour la première fois au lycée et à l'époque, il m'avait presque donné la chair de poule. C'est vrai qu'il est vraiment très dur et très fort...


Lala Her 13/09/2010 15:21



Oui, ce livre est une expérience à part entière. Depuis je me méfie de ma webcam intégrée à l'ordinateur...



Catherine 12/09/2010 11:38


J'ai adoré ce roman ! C'est après l'avoir lu que j'ai créé le défi Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents.
Je te conseille aussi La ferme des animaux (il se passe plus de choses et c'est plus drôle).


Lala Her 13/09/2010 15:20



La ferme des animaux, je pensais le lire aussi, mais pas tout de suite, c'est pas la bonne période, le bon état d'esprit. Mais je compte bien le lire un jour!



Benjamin 28/08/2010 14:57


Oui, tu as raison, le grand mérite de ce genre de SF est de faire "cogiter".


Lala Her 28/08/2010 15:55



Yep, parfait quand on a envie de se prendre un peu la tête (et de flipper par la même occasion!)